© 2018 par Jessica Jung | Créé avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Tumblr - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Twitter - Cercle blanc

inktobers

« Every October, artists all over the world take on the Inktober drawing challenge by doing one ink drawing a day the entire month.

I created Inktober in 2009 as a challenge to improve my inking skills and develop positive drawing habits. It has since grown into a worldwide endeavor with thousands of artists taking on the challenge every year.

Anyone can do Inktober, just pick up a pen and start drawing. »
– Jake Parker.

"Chaque octobre, des artistes du monde entier se lancent le défi du dessin « Inktober » en faisant un dessin à l’encre par jour tout le mois. J’ai créé Inktober en 2009 comme un défi pour améliorer mes compétences d’encrage et développer des habitudes de dessin positives. Il s’est depuis développé en une entreprise mondiale avec des milliers d’artistes qui relèvent le défi chaque année. N’importe qui peut faire Inktober, il suffit de prendre un stylo et de commencer à dessiner."

 

A l’initiative de Jake Parker, j’ai vu l’occasion à travers l’Inktober d’expérimenter de nouvelles techniques,de sortir de sa zone de confort, de revenir aux bases, et de sortir du monde digital dans lequel nous finirons tous un jour. C’est aussi le moment d’ouvrir une porte en moi, de me retrouver. De faire sortir ce qui a été accumulé pendant des années, et de les porter à la lumière. C’est tout ce que j’aime. Et c’est aussi une partie de moi. Des illustrations qui me ressemblent.

L’inktober, comme n’importe quel dessin traditionnel, on ne peut pas rater. On doit penser soigneusement à chaque mouvement. Ces choses-là se perdent par le travail à l’ordinateur. Pour retrouver l’authenticité, les sensations perdues du crayon, du pinceau, du feutre avec l’encre et toute la complexité qui en découle. C’est à la fois stimulant et stressant. Cela demande beaucoup de concentration et de patience. Ici, vous devez prendre le temps. Le temps de bien faire. Et d’aimer se plonger dans la concentration, la contemplation d’un travail qui avance doucement. Cela peut être aussi frustrant, mais à la fin, cela va mieux mentalement. On peut aller au-delà. Espérer plus. Cela progresse toujours d’une manière ou d’une autre à la fin.

 

En adoptant le credo de Jake PARKER :

« Finished, not perfect »

(Terminé mais pas parfait),

c’est seulement ainsi qu’on avance.

Jessica Jung

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now